SYMPOSIUM 3

Communicant : Marianne Tennessel  (Narbonne)

marianne.tennessel@gmail.com

 Mutisme sélectif chez l'adolescent et le jeune adulte :

challenge diagnostique et thérapeutique

 

Marianne TENNESSEL, Psychologue, Benoit MONIE, Psychologue

12, boulevard 1848 - 11100 Narbonne

Le mutisme sélectif est un trouble anxieux se développant dès la jeune enfance, touchant environ 7 personnes sur 1000. Il se caractérise par l’impossibilité ou l’extrême difficulté à communiquer verbalement en dehors d’un cercle familial et amical très restreint en l’absence de tout trouble du langage, et par des altérations au niveau de la communication non-verbale. Encore peu documenté chez l’adolescent et l’adulte (Shipon-Blum, 2009), il s’accompagne généralement de comorbidités psychopathologiques, notamment anxio-dépressifs.

La prise en charge de ce trouble est délicate dans toutes les phases de la thérapie à cause de l’absence de parole initiale, qui peut se prolonger pendant des mois.

Cette communication retrace la thérapie cognitive et comportementale d’une jeune fille de 17 ans présentant un mutisme sélectif associé à une phobie sociale sévère, adressée par son médecin traitant pour suspicion de trouble schizophrénique.

Une approche individualisée, basée principalement sur l’observation clinique du comportement non-verbal de la patiente en séance, a permis de créer des aménagements spécifiques palliant partiellement à l’absence de parole afin de poser le diagnostic différentiel, créer le lien thérapeutique et construire la phase thérapeutique active.

Accorder une place primordiale aux éléments non-verbaux de la communication est indispensable pour la prise en charge thérapeutique des patients avec mutisme sélectif. Ces situations cliniques nous invitent, sur un plan plus général, à réfléchir au rôle et aux limites de la parole en psychothérapie.

16/12/2013