CR Congrès AFTCC 14-12-2019 : Thérapies cognitivo-comportementales dans la céphalée de l’enfant-Utilisation en groupe

Valerie GUILLOUF, Pédopsychiatre, CHU de Caen.

Résumé :

La migraine de l’enfant touche 5 à 10% des enfants, elle n’est pas toujours diagnostiquée alors qu’elle provoque des douleurs intenses ayant pour conséquences un absentéisme scolaire, une diminution de la qualité de vie et des troubles du sommeil. Les TCC en groupe sont utiles pour aider l’enfant à gérer ses douleurs (Rousseau-Salvador C., Amouroux R, Doul. Analg., 2010).

La douleur de l’enfant a des spécificités liées au stade de développement de l’enfant auquel on s’adresse. On doit prendre en compte les aspects psycho développementaux concernant la douleur de l’enfant afin de pouvoir communiquer de façon adaptée avec l’enfant. L’utilisation d’explications compréhensibles par l’enfant aura des effets secondaires bénéfiques sur le processus d'intégration psychique de la douleur et pourra influencer la guérison.

Des dessins, par exemple, sont particulièrement efficaces pour permettre aux enfants de dessiner leur douleur mais aussi pour nous représenter leurs appréhensions, sachant que les enfants ont des croyances et des peurs différentes des nôtres.

L’importance de la psychoéducation est soulignée, pour la connaissance de la maladie (savoir différencier migraine et céphalées de tension) de ses facteurs déclenchants, en insistant sur l’importance de l’acquisition et du maintien des compétences d’auto-soins.

En petit groupe de 4-6, des enfants de la même tranche d’âge bénéficient de 5 séances d’une heure hebdomadaire. La restitution des résultats aux parents, est faite en fin des séances (travail sur la relation parent/enfant douloureux). Le travail en groupe thérapeutique facilite les interactions entre les enfants et s’avère souvent plus efficace pour amener l’enfant à faire des liens entre émotions, cognitions et comportements. L’échange avec des pairs présentant la même maladie et les mêmes difficultés permet à l’enfant de se sentir compris et moins seul.

Des outils lui sont proposés pour l’aider à repérer et gérer ses douleurs et ses émotions : des grilles d’auto-observation et d’auto-évaluation, notamment « l’Agenda de la Migraine ». Ainsi ses cognitions et ses émotions son identifiées ainsi que leur rôle dans les migraines. Différentes modalités psychothérapeutiques sont pratiquées, en particulier la relaxation, l’hypnose et la méditation.

Références on-line :
http://www.migraine-enfant.org
http://www.pediadol.org

Retour au compte rendu général du GIE

22/10/2020