De la honte à l'amour de soi : le processus d'individuation dans les addictions sexuelles

Cette intervention montrera l’intérêt d’utiliser les TCC non pas tant comme moyen de reprendre le contrôle sur la conduite addictive mais comme moyen de permettre ce passage si complexe entre la dépendance et l’individuation. Ce passage fera souvent vivre au patient des expériences émotionnelles fortes comme l’excitation, le bien être, la peur, le dégout, le doute, la fierté...
Les prises en charge comportementales et cognitives ont montré leur efficacité sur la séquence addictive et sur la prévention des rechutes mais il est essentiel de rappeler que pour se détacher de l’objet de l’addiction il faille expérimenter les processus d'individuation.

Pour cela, les TCC amènent le patient à vivre de nouvelles expériences émotionnelles au fur et à mesure qu’il se détachera de son symptôme.

A partir du cas clinique d’un patient addict sexuel, nous allons suivre son parcours de soin qui va servir de fil conducteur au processus d’individuation. Loin d’être centrée sur l’unique conditionnement opérant avec ses conséquences renforçatrices, la TCC va être utilisée comme « base sécure » point de départ du détachement autonomisant nécessaire au traitement de toute addiction. Ainsi trois étapes seront prises en compte :

  1. Identifier, sans modifier quoi que ce soit, les séquences addictives notamment le comportement-problème dans ces composantes notamment cognitives, émotionnelles et environnementales (auto-enregistrement, balance décisionnelle ; «permettre au patient de repérer sa manière contraignante et soumise d’être au monde »
  2. Mettre en place des « virus » dans le système addictif afin de permettre au patient de « jouer » avec son symptôme, première étape du détachement (prescription de symptôme, information minimale ciblée, alternatives cognitives, gestion des émotions, modification des séquences imaginatives...) ; « permettre au patient de repérer ses capacités à choisir d’utiliser ou non son symptôme addictif »
  3. Travailler sur les compétences de changement à long terme par une action sur l’estime de soi, les ressources et les compétences de changement... (groupe d’entrainement à l’affirmation de soi, groupe de restructuration cognitive, groupe à médiation corporelle, thérapie de couple, groupe de prévention de rechute...) ; « permettre au patient d’exister avec de nouvelles solutions de changement »

 

 

15/05/2019