Atelier pré-congrès   
Prise en charge des addictions aux nouvelles technologies

Conférence didactique
Nouvelles addictions et traitements

           
 

Résumé de l'atelier

 

      

    

 

 

 

 

Dr Gabriel THORENS

Médecin, Genève 

 

Interview

Qu'est-ce que l'addiction aux jeux vidéo ?
Elle fait partie des addictions dites comportementales, comme l'addiction à internet ou le jeu pathologique. Il n'y a pas encore de diagnostic officiel, mais elle est évoquée dans l'annexe du DSM 5 comme potentiel diagnostic futur. On retrouve des symptômes comportementaux communs avec les addictions classiques, comme la poursuite du comportement malgré les conséquences négatives, la perte de contrôle et la diminution des activités annexes. En revanche, il n'y a pas de sevrage ou de tolérance induits par une substance. 

Tous les joueurs de jeux vidéo sont-ils addicts ?
Non, seule une faible minorité d'individu à risque va présenter des  signes d'addiction. Les jeux vidéo sont très présents dans la vie de tous les jours (smartphone, console de jeuŠ) et la plupart des individus intègrent leur pratique dans leurs loisirs sans conséquences négatives.  On pense que certains jeux vidéo ont un risque addictif plus important comme les jeux en ligne multi-joueurs qui nécessitent un investissement conséquent et présentent des mécanismes de récompenses pouvant entrainer une addiction. 

La TCC est-elle indiquée pour la prise en charge des addictions au jeu vidéo ?
Oui, il est entendu qu'une évaluation psychiatrique préalable à la recherche de comorbidités psychiatriques comme par exemple la phobie sociale, la dépression ou l'hyperactivité est souhaitable. Quand il s'agit d'un jeune joueur, il est aussi souvent indispensable d'inclure la famille dans l'évaluation. La prise en charge va consister à permettre aux joueurs de faire la différence entre une activité qui entraine de la souffrance chez lui ou son entourage et une activité ludique plaisante. L'abstinence n'est souvent pas un objectif  au vu de l'omniprésence des nouvelles technologies. Des approches de types réductions des risques ou consommations contrôlées seront préférentiellement mises en place avec les patients. 

Quels sont les défis futurs ?
La réalité virtuelle et la réalité augmentée se démocratisent et leurs aspects très immersifs risquent d'augmenter le développement d'addictions. De plus en plus de jeux font appel à des transactions financières en cours de partie, et la frontière entre le jeu pathologique et les jeux vidéo peut devenir floue, avec comme conséquences des pertes financières importantes pour les joueurs addicts.

L’utilisation des nouvelles technologies amène des changements majeurs dans la vie quotidienne des usagers. Si la majorité des individus s’adaptent à ces changements qui relèvent plus d’enjeu sociaux que psychiatriques ou psychologiques, une minorité va nécessiter une prise en charge spécialisée.

Cet atelier se propose de faire la revue de l’état actuel des problématiques en lien avec l’usage des nouvelles technologies avec un accent particulier sur les jeux vidéo et les risques d’addiction, mais aussi sur leurs potentielles utilités dans les thérapies.  

L’atelier portera surtout sur les méthodes TCC spécifiques adaptées à ce type de problématique. 

 

 

 

 

 

 

 

Accéder au programme

Inscription individuelle                            Inscription formation continue ou DPC                             Télécharger le bulletin d'inscription

18/10/2016