La motivation en TCC : que faire quand le patient perd sa motivation ?

Ayman MURAD

La motivation est souvent perçue par les thérapeutes comme une question annexe, une étape préliminaire à franchir pour passer à la « vraie thérapie ». Or, la pratique nous montre que toute thérapie gagnerait à donner une place centrale à la motivation.

Dans la pratique, l’accompagnement thérapeutique est un parcours semé d’embûches d’ordre motivationnel ; il en est ainsi du patient :

  • qui ne sait pas pourquoi il vient en thérapie 
  • qui, malgré moult explications, ne sait pas comment la TCC fonctionne ; 
  • qui ne fait pas les tâches à domicile, pourtant bien expliquées et mises au point en commun avec le thérapeute ; 
  • qui change de plainte d’une séance à l’autre
  • qui semble tout faire pour que la thérapie échoue

Notre atelier, fondé sur une définition large de la motivation, se propose de rendre celle-ci partie intégrante de la formulation de cas et de la regarder non comme un état interne difficilement accessible, mais comme un ensemble de comportements qui se prêtent à l’observation, à l’évaluation et au changement. Faire émerger des comportements motivationnels pourrait ainsi devenir un objectif thérapeutique à part entière.

Nous partagerons avec les participants une vision et des outils sur lesquels ils pourraient s’appuyer pour que la thérapie contribue, ne serait-ce que modestement, à l’épanouissement du patient (et du thérapeute !)

02/09/2019