Vers une vision comportementale des émotions

Théoriquement, il existe un consensus sur le fonctionnement des émotions, admis essentiellement parce que les modèles semblent logiques. Il est commun de dire par exemple que les émotions ont des fonctions adaptatives et que la peur permet d’éviter le danger, la colère d’éviter l’affrontement.

Or, il est possible de remettre ces conceptions en doute en se torturant juste un peu l’esprit, en se demandant par exemple si réellement la peur permet l’évitement ou si simplement l’évitement nous fait ressentir de la peur, si la colère ne permet pas d'éviter l’affrontement juste parce que les règles sociales nous poussent à éviter l’affrontement, si la colère encore n’aurait pas juste pour fonction de nous faire paraître plus sexuellement attirable, si tout cela tient d’une adaptation aboutie, si la logique de l’adaptation est elle-même toujours applicable alors qu’elle ne tient qu’à une interprétation à posteriori sur des résultats qui nous semblent positifs alors qu’ils ne peuvent être dus qu’au hasard.

Posons nous certaines de ces questions et envisageons ce que certaines de nos réponses peuvent avoir comme conséquences sur notre pratique.

04/04/2019